Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Société Française d'Ethnoscénologie (SOFETH)

Érotisme et sexualité dans les arts du spectacle (sortie le 20 août 2015)

Cet ouvrage interroge l’érotisme et la sexualité comme fondement même du spectacle vivant à travers l’étude de différentes sociétés humaines.

« La pornographie, c’est l’érotisme des autres ».

Cette phrase empruntée à André Breton, et reprise par Alain Robbe-Grillet, souligne à quel point la sexualité interroge le regard, le point de vue, et de façon évidente celui du spectateur.

L'enjeu de cet ouvrage collectif est de porter un éclairage nouveau sur l’érotisme et la corporalité par la diversité d'approche qui fut aussi bien celle de la philosophie, de la sociologie, de la psychologie et du féminisme que de façon plus inattendue celle du cinéma d’animation, du sport et du handicap.

L'ethnoscénologie, principal cadre de réflexion des auteurs, est un champ de recherche récent et très stimulant dont cet ouvrage contribue à la progression.

La problématique de la sexualité dans les arts du spectacle, très peu documentée jusqu'à ce jour, rend ce livre tout à fait nécessaire aujourd’hui.

 

TABLE DES MATIÈRES

 

Introduction 

Pierre Philippe-Meden . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

Éros, au fondement du spectacle vivant 

Jean-Marie Pradier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

L’actrice comme objet de spectacle dans les théâtres parisiens (1851-1914) 

Lola Gonzalez-Quijano . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

Éros, héros du music-hall, de la Belle Époque aux Années folles 

Nathalie Coutelet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

Des filles à poils. Construction esthétique des danseuses de revues parisiennes (1890-1990) 

Sylvie Perault . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

Le tourisme sexuel à Berlin sous la République de Weimar et à Paris dans l’entre-deux-guerres 

Mel Gordon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

Incarner le sentiment érotique dans la danse de Môhini l’ensorceleuse

Corinne Mathou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

Érotisme ou vertu morale ? Le cas des représentations de la danse Odissi à Bhubaneswar en Inde 

Barbara Čurda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 

Les « lotus d’or » en scène : de l’érotisme dans le Jingju en Chine 

Éléonore Martin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 

Sexualité et spiritualité : phallus, poésie grivoise et folle sagesse du bouddhisme tibétain

Nathalie Gauthard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

Les cheikhate du Maroc : sensualité, séduction et esthétique du regard 

Rachid Mountasar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 

Les imaginaires de l’homosexualité dans les arts du spectacle au prisme du genre et du camp 

Jean-Yves Le Talec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 

La post-pornographie dans le spectacle vivant.

Un objet de recherche corporel, politique et scientifique 

Émilie Landais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 

Le spectacle de son orgasme : un agenrement en soi 

Bernard Andrieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 

L’érotisation des corps jugés « hors normes » dans les arts du spectacle 

Charlotte Ricci . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 

Prenez, ceci est mon corps. L’érotisme comme don dans l’œuvre de Jan Fabre 

Sophie Rieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 

Fantasmes d’incarnation et imaginaire érotique dans le cinéma d’animation 

Inès Jerray . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 

Mise en scène d’une vie sportive au Théâtre des deux sources : 

Psyché peut-elle rencontrer Éros sans rencontrer Thanatos ? 

Gilles Lecocq . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205 

Questions sur la « formation » en ethnoscénologie 

Jean-Marie Pradier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 

Lettre inédite de Jean Duvignaud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 

Résumés / Abstracts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 

Notices biographiques des auteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247 

Crédits iconographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251 

 

CARACTÉRISTIQUES

 
  • 1.Titre : Érotisme et sexualité dans les arts du spectacle
  • 3.Auteur(s) : Ouvrage dirigé par Pierre Philippe-Meden
  • 4.Domaine(s) : Arts et spectacles
  • 5. Genre : Actes de colloque
  • 6. Format : 15 x 21 cm
  • 7.Date de Parution : 2015
  • 8. ISBN : 978-2-35539-199-6

 

AUTEURS

 

 

Bernard ANDRIEU est philosophe et professeur en épistémologie du corps et écologie corporelle à l’université de Rouen, chercheur rattaché au Centre d’Études des Transformations des Activités Physiques et Sportives (CETAPS), membre de l’Équipe d’Accueil 3832. Parmi ses derniers ouvrages : La Peur de l’orgasme, Le murmure, Paris, 2013 ; avec Gilles Boëtsch : Corps du monde, atlas des cultures corporelles, Armand Collin, Paris, 2013 ; Donner le vertige. Les arts immersifs, Liber, Montréal, 2014. Il anime le Blog du Corps (http://leblogducorps.over-blog.com).

 

Nathalie COUTELET est maître de conférences au département Théâtre de l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, membre de l’EA 1573 « Scènes du monde, création, savoirs critiques ». Elle a publié de nombreux articles et ouvrages parmi lesquels Firmin Gémier. Le démocrate du théâtre, Textes réunis et présentés par Nathalie Coutelet, l’Entretemps, 2008 ; Histoire des artistes noirs du spectacle français. Une démocratisation multiculturaliste, « Univers théâtral », L’Harmattan, Paris, 2012 ; Étranges artistes sur la scène des Folies Bergères, 1871-1936, « Théâtre du monde », PUV, Vincennes, 2015.

 

Barbara CURDA a été formée en danse Odissi dans les années 1990 dans l’école Nrutyayan à Bhubaneswar en Inde et a mené une carrière d’interprète avant de se tourner vers un travail de recherche sur la danse. Après une maîtrise et un DEA de sociologie, elle a soutenu en décembre 2013, à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, sous la direction de Georgiana Wierre-Gore, une thèse de doctorat en anthropologie de la danse intitulée Enjeux identitaires, relationnels et esthétiques de la transmission de la danse Odissi en Inde. Le cas d’une école émergente à Bhubaneswar. Elle a tenu un poste ATER à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (2011-2013) où elle enseigne actuellement l’anthropologie corporelle et l’anthropologie de la danse. Elle est affiliée au Laboratoire ACTé, membre de l’EA 4281.

 

Nathalie GAUTHARD est maître de conférences HDR en ethnoscénologie à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, où elle est également responsable du parcours bi-disciplinaire (LMD) Ethnologie des Arts Vivants (Arts et Ethnologie). Spécialiste des arts du spectacle tibétains, elle a écrit de nombreux articles sur les opérations de transferts, de circulations et de transformations des pratiques tibétaines sur les scènes internationales. Elle a dirigé l’ouvrage : Fêtes, mascarades et carnavals. Circulations, transformations et contemporanéité, « Les anthropopages », Éditions l’Entretemps, 2014. Elle est présidente de la Société Française d’Ethnoscénologie (SOFETH).

 

Lola GONZALEZ-QUIJANO est postdoctorante au LARHRA (laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes). Ses travaux portent sur l’histoire des sexualités au XIXe siècle et notamment la prostitution parisienne qui fait l’objet de son livre Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe  siècle, Vendémiaire, Paris, 2015.

 

Mel GORDON est professeur au Department of Theater, Dance, and Performance Studies de l’Université de Californie à Berkeley. Acteur, metteur en scène, essayiste et historien, il a enseigné le jeu de l’acteur à New York au Lee Strasberg Institute of Acting, et au Michael Chekhov Studio tout en étant directeur associé de The Drama Review. Parmi ses derniers ouvrages : The Seven Addictions and Five Professions of Anita Berber : Weimar Berlin’s Priestess of Depravaty, 2006 ; Voluptuous Panic : the Erotic World of Weimar Berlin, Feral House, 2006 (2000).

 

Ines JERRAY est artiste et chercheur, docteur en arts plastiques et arts du spectacle. Elle est enseignante du supérieur, titulaire à l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Kairouan en Tunisie et membre de l’EA 4028 « Textes et Cultures », équipe interne Praxis et esthétique des arts de l’Université d’Artois. Ses recherches portent sur les expériences cognitives et sensorielles liées à l’animation et à l’immersion imaginative, ses travaux sur les œuvres d’animation, créations plastiques et filmiques ont été exposées sur plusieurs continents. Sa recherche théorique est publiée notamment dans la revue Iluminace sur la théorie, l’histoire et l’esthétique du cinéma.

 

Émilie LANDAIS est doctorante et enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine, rattachée au Centre de recherches sur les médiations (CREM).

 

Jean-Yves LE TALEC est sociologue, chargé d’enseignement à l’Université Jean Jaurès de Toulouse, rattaché au Certop (UMR 5044) et Arpège (réseau genre, MSHS-Toulouse). Il est l’auteur de Folles de France, repenser l’homosexualité masculine, « Genre & sexualité », Éditions la Découverte, Paris, 2008.

 

Gilles LECOCQ est professeur de psychologie à l’ILEPS-Cergy et à l’Université Picardie Jules Verne, secrétaire Général de la Société Française de Psychologie, vice-président de la Société Francophone de Philosophie du Sport, président de l’association Le Corps pour le Dire et directeur d’études « Wellness & Empowerment ».

 

Éléonore MARTIN est chargée de cours à l’Université de La Rochelle où elle enseigne la langue et la civilisation chinoises. Elle poursuit une thèse en ethnoscénologie intitulée La dynamique de création contemporaine du Yuju à Taiwan : de la sauvegarde du patrimoine à l’expérimentation sous la direction du professeur Jean-Marie Pradier à l’Université Paris 8. Elle a effectué plusieurs séjours à Taiwan et en Chine (Beijing et Zhengzhou).

 

Corinne MATHOU est danseuse, metteur en scène et professeur à l’Institut International de Bangalore en Inde du Sud où elle enseigne le théâtre et le môhiniyâttam au département Arts du Spectacle. Formée en Inde durant huit ans, elle danse aujourd’hui dans les festivals des temples et sur les scènes contemporaines. Doctorante à l’Université Paris 8 et rattachée au thème Créations, Pratiques, Publics de la MSH-PN (USR3258) elle achève actuellement une thèse en ethnoscénologie sous la direction de Jean-Marie Pradier. Ses recherches portent sur la construction de l’érotisme en scène. Ses recherches ont été financées par le Ministère des Affaires Étrangères Français, le Ministère de la Jeunesse et des Sports, l’ICCR (Indian Council for Cultural Relations) et l’association IRIS 65. Elle fut également lauréate d’une bourse de la Vocation de la fondation Marcel Bleustein-Blanchet en 2003.

 

Rachid MOUNTASAR est professeur habilité de littérature française, à la Faculté Polydisciplinaire de Taza de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès, rattaché au laboratoire Langue, Littérature et Communication et à l’Unité de Recherche : « Ethnoscénologie et arts du spectacle ». Parmi ses articles et ouvrages : « Les gnawas du Maroc ou la communication tragique », dans Rachid MOUNTASAR et Gemma LEZAUN ECHALAR (dir.), Teatro y diálogo entre Culturas, Festival Murcia Tres Culturas, Murica, 2008, p. 93-98 ; « Les Bonnes ou le masque du langage » Métamorphoses de Jean Genet, « Écritures », Éditions Universitaires de Dijon, Dijon, 2013, p. 103-111 ; « Les Bonnes en arabe dialectal marocain : analyse d’une adaptation de Bouselham Daif », Méthode ! N° 19, Éditions Vallongues, Pau, 2011, p. 59-65.

 

Sylvie PERAULT est enseignant-chercheur en anthropologie du costume de scène et d’écran à l’Institut d’Études Théâtrales de l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, au département d’études théâtrales de l’Université Paris 8 et à l’ENSATT de Lyon. Elle dirige le Collectif d’études et de recherches pluridisciplinaires corps et costumes de scène (CERPCOS : http://www.cerpcos.com). Elle est l’auteur de deux rapports pour le Ministère de la Culture – Mission du Patrimoine ethnologique – « les artisans des métiers rares du spectacle » (1997) et « Us et coutumes des lieux de spectacle, des compagnies théâtrales et des gens du cinéma autour des savoir-faire spécifiques au costume de scène » (2002), a écrit de nombreux articles et dirigé L’Artisan, le costume de scène et les savoir faire, Éditions du Jongleur, 2006 et L’Homme en animal sur scène et à l’écran, Éditions du Jongleur, 2011.

 

Pierre PHILIPPE-MEDEN est docteur en études théâtrales de l’Université Paris 8, rattaché au laboratoire d’ethnoscénologie de l’EA 1573, responsable scientifique de projets au thème Créations, Pratiques, Publics de la MSH-PN (USR3258). Ses recherches portent sur les problématiques d’écologie corporelle dans l’histoire des arts du spectacle. Il est secrétaire de la Société Française d’Ethnoscénologie et anime le Blog de la SOFETH : http://www.sofeth.com. Il a publié plusieurs articles parmi lesquels « Georges Hébert et l’esthétique de la nature », dans Tony FROISSART et Jean SAINT-MARTIN (dir.), Le Collège d’athlètes de Reims. Institution pionnière et foyer de diffusion de la Méthode naturelle en France et à l’étranger, EPURE, Reims, 2014, p. 261-279 ; « Corporéité hébertiste et philosophie mystique », Horizons / Théâtre, n° 4, PUB, Bordeaux, 2014, p. 134-145 ; « Le strip-tease français du cabaret au théâtre expérimental (1950-1970) », Horizons / Théâtre, n° 5, PUB, Bordeaux, 2015, p. 6-20.

 

Jean-Marie PRADIER est professeur émérite d’ethnoscénologie, chercheur à la MSH-Paris Nord (USR3258), ancien co-directeur du Département Théâtre et responsable de la composante « ethnoscénologie » de l’EA 1573 de l’Université Paris 8. Il est membre fondateur de l’International School of Theatre Anthropology (ISTA). Il a été en poste dans plusieurs pays, en particulier le Kurdistan d’Irak, la Turquie, l’Uruguay, le Maroc, la Pologne et les États-Unis. Parmi ses ouvrages principaux : Cialo Widowiskowe. Etnoscenologia Sztuk Widowiskowych, Wydawnictwo Naukowe PWN, Varsovie, 2012 ; Fànic, Fàlic, Fàtic – Vers una teoria neurocultural dels espectacles vius, Acadèmia Dels Nocturns, Universitat de València, 1998 ; La scène et la fabrique des corps. Ethnoscénologie du spectacle vivant en Occident (Ve siècle av. J.-C- XVIIIe siècle), coll. « Corps de l’Esprit », PUB, Bordeaux, 1997 ; Le téléspectateur face à la publicité : l’oeil – l’oreille – le cerveau, Nathan Université, 1989 ; Les Kurdes, révolution silencieuse, Ducros, 1968.

 

Charlotte RICCI est doctorante à l’Université de Paris 8, rattachée à l’EA 1573, où elle prépare sa thèse sous la direction des professeurs Katia Légeret et Nathalie Gauthard : Les artistes jugés « hors normes » sur la scène contemporaine française.

 

Sophie RIEU est doctorante à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, rattachée au laboratoire RIRRA 21. Après s’être intéressée à des formes spectaculaires du Japon, notamment le nô, le kabuki et le bunraku, ses recherches doctorales sous la direction du professeur Didier Plassard portent désormais sur l’émergence d’une beauté-limite sur les scènes contemporaines européennes et sur l’expérience du sublime dans les créations de Jan Fabre, Romeo Castellucci, Pippo Delbono, Gisèle Vienne, l’Abattoir fermé et Ben J. Riepe. Elle a publié « C’est du métathéâtre comme c’était à espérer et à prévoir », dans Mathieu MEVEL (dir.), La Littérature théâtrale : entre le livre et la scène, L’Entretemps, Montpellier, 2013, p. 71-78 ; « Pour une lecture bataillienne de Jan Fabre », dans Marienne BEAUVICHE et Luk VAN DER DRIES (dir.), Jan Fabre et l’esthétique du paradoxe, L’Harmattan, Paris, 2013, p. 115-127 ; « La relique “sur-vivante” dans l’œuvre de Jan Fabre », dans Emma VIGUIER, Sabyn SOULARD et Jérôme MORENO (dir.), Reliquiae : envers, revers et travers des restes, « L’art en œuvre », PEM, Toulouse, 2015, p. 171-187.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article