Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Société Française d'Ethnoscénologie (SOFETH)

Un théâtre fracassé et fracassant. Duc de Gothland raconte le combat entre Berdoa et Théodore, duc de Gothland, héros national, époux et père exemplaire, fils respectueux et frère affectionné. Berdoa conduit une troupe venue se venger du mépris européen. « Berdoa, le « nègre », demi mort ressuscité par la haine et le désir de vengeance, ne veut pas seulement détruire matériellement ce monde exécré, blanc et chrétien, qui l’a réduit en esclavage au prétexte de sa couleur de peau, lui déniant ainsi son humanité. C’est à une civilisation qu’il s’attaque, au socle même d’un ordre moral, social et politique qui se prétend supérieur aux autres. », dit Michèle Raoul-Davis. Le théâtre de Grabbe « rompt avec la métaphysique, la morale, la psychologie », dit Bernard Sobel, qui confie à une troupe d’élite cette œuvre « réputée injouable ». Grabbe est « mon contemporain, dit Bernard Sobel, absolument moderne comme Rimbaud, ayant forgé un théâtre qui dans son texte et dans sa méthode, nous permet d’affronter l’aléatoire de notre univers et de notre condition ». Fureur, extravagance et grotesque, tels sont les fanaux de cette œuvre rétive aux taxons autant qu’à la servitude axiologique, qui se méfie de la fatalité tragique autant que de l’absurde – « L’homme au fond n’est rien, disait Grabbe, il n’est que souvenir ou espoir. » -, et que Bernard Sobel sous-titre Ubu en Forêt noire.

Duc de Gothland

Commenter cet article