Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Société Française d'Ethnoscénologie (SOFETH)

Soutenance de thèse-création de Hanna Lasserre intitulée "Processus et création d'une contre-narration" élaborée sous la direction de Mr. Jean-François Dusigne à Paris 8. Elle aura lieu dans la salle Gilles Deleuze, le mardi 18 juin à 14h30. Informations pratiques dans l'avis de soutenance. 

 

Processus et création d’une contre-narration

Thèse de doctorat du département théâtre

Sous la direction de Monsieur Jean-François Dusigne

 

RésuméEn regard du storytelling, une technique de communication devenue incontournable dans les milieux politique et économique, nous interrogeons l’enjeu de la narration dans la société et dans les pratiques artistiques contemporaines, plus spécifiquement au théâtre. Il semble s’opérer un mouvement inverse quant à son usage : d’un côté, les mises en récit à visées politique et mercantile par les dirigeants dans les institutions et les entreprises sont un outil puissant d’instrumentalisation dont la finalité est l’adhésion et la motivation à agir. D’un autre côté, au XXe siècle, sont apparues des formes dramaturgiques qui questionnent les pièces de théâtre construites sur une ligne narrative classique et dénoncent une forme d’illusion produite par l’histoire, influençant les lignes de conduite et la perception de la réalité sociale et du pouvoir d’action sur celle-ci.

Avec cette recherche, qui articule théorie et pratique, sont abordées les constructions dramaturgiques et leurs enjeux idéologiques en élaborant des outils pour une contre-narration que nous définirons comme une forme qui se situe « au point de jointure entre l’imaginaire narratif et l’activisme politique »[1].  Sont interrogés les usages, finalités et stratégies de la narration dans les milieux politique et économique pour tenter, en regard de cet usage, de circonscrire, d’analyser et repenser le rôle du théâtre dans son impact sociétal.

Cette thèse est composée d’un premier volume qui élabore les outils dramaturgiques d’une contre-narration, d’un second volume qui rend compte de l’exploration scénique pour la création d’une contre-narration et des captations de deux versions de cette recherche-création intitulée Truth be told.

 

[1]« Contre-fictions politiques », Multitudes, 48, printemps 2012, p.71

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article