Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Société Française d'Ethnoscénologie (SOFETH)

Parution le 18 mars du livre Donner le vertige. les arts immersifs, avec une préface du Pr. Jean François Chassaye : link 

 

"Le vertige est donné au corps par l’immersion de celui-ci dans des expériences illusoires, mais dont l’effet en retour sur la perception, l’audition et le toucher traverse le vécu corporel. Ces traversées senties renouvellent le schéma corporel en l’adaptant à la nouvelle situation par une reconfiguration des réseaux neuronaux. Une telle adaptation implique un écart, peu à peu comblé, entre le schéma corporel habituel et la nouvelle posture seulement reconfigurée à force de répéter l'expérience. Le vertige intérieur que nous éprouvons en étant incorporé (embodied) dans l’image, le milieu ou l’autre personne est produit par l’activation de zones cérébrales, même si notre corps est en réalité immobile devant sa console, sous son casque, face à l’image ou aux éléments. En d'autres termes, le vertige ne provient pas de l’effet de présence en nous de l’environnement, mais de l’activation d’un tremblement intérieur, «cette impression de terre qui tremble et de perte de contrôle que l’on n’obtient facilement que dans les pays de très grosses chaleurs et donc sur les plages où tout devient blanc, le sable brûlant infoulable » (J.-M. Roberts, Deux vies valent mieux qu’une, p. 37).

 

DV.png

Résumé

Ce livre s’inscrit dans un projet d’anthropologie sensorielle de l’intime. On y montre comment l’expérience du vertige dévoile une part cachée de notre écologie corporelle : plonger dans son corps, lorsque le vertige nous prend, traduit moins un désir de disparaître en s’évanouissant qu’une sensibilité émersant en nous. En retournant ainsi la peau, le vertige révèle une cartographie des
cavernes intérieures.

Se donner le vertige en y étant contraint ou de manière volontaire est une expérience enivrante. Le déséquilibre du cerveau que nous éprouvons dans le vide, dans l’isolement sensoriel, dans les effets internes des machines est tel que nous avons alors du mal à distinguer ce qui se produit en nous de ce qui provient du monde, notre vue se voile, nos sensations s’avivent et notre empathie s’active inconsciemment. Accepter son vertige, c’est consentir à communiquer avec son cerveau dans une relation plus directe entre corps et monde.

La profondeur du corps est le continent noir qu’il reste à explorer par des enquêtes en première personne et des entretiens qualitatifs dont on trouvera ici d’éloquents exemples.


Détails

Prix: 21.00 $ CAD | 19 €
Auteur(s): Andrieu Bernard
Date de parution: 18 mars 2014
Nombre de pages: 222
ISBN: 978-2-89578-435-7
Format: 8,5 x 5,5 po; 20,3 x 12,7 cm 
Disponibilité au Canada: code produit: 9782895784357
Disponibilité en France: code produit: 9782895784357
Disponibilité en Suisse: code produit: 9782895784357

 

SUR LE SITE DES ÉDITIONS link 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article