Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Société Française d'Ethnoscénologie (SOFETH)

Avec des étudiants de PMC Orthophonie, UPMC Psychomotricité, Université Paris 8 Arts du spectacle, Espace Paris Jeune 19e

Avec des étudiants de PMC Orthophonie, UPMC Psychomotricité, Université Paris 8 Arts du spectacle, Espace Paris Jeune 19e

La génération Y doit son nom à la forme que dessinent sur leur torse les fils de leur iPhone, que peut-elle nous dire de la sexualité ? Les Révolutions amoureuse et sexuelle, entre 1860 et 1960, ont voulu libérer le plaisir. Aujourd’hui, il incombe à la génération Y de tracer sa route dans un monde aux contours encore flous, où les possibilités de rencontres sont désormais décuplées, où les bals sont remplacés par les tchats en ligne, où les identités sexuelles sont de plus en plus poreuses, où l’on est prêt à s’investir dans un couple tout en recherchant son épanouissement individuel. C’est dans ce monde déroutant, sans mode d’emploi, que cette génération doit apprendre à construire. Après un an d’ateliers, des interprètes non-professionnels âgés de 20 à 30 ans se prêtent sur scène à une expérience commune. Il s’agit de se confronter et d’accepter le regard et la proximité de l’autre, de s’extraire momentanément des mondes connectés pour se reconnecter à son propre corps et au corps de l’autre. Le groupe canadien Dear Criminals intègre dans son univers électronique sombre et nostalgique des airs du répertoire baroque, fruits d’une époque dont les liens avec la nôtre semblent évidents, par la place qu’elle accorde à l’imaginaire, par sa façon de pratiquer l’amour à distance, d’interroger les genres…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article