Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Société Française d'Ethnoscénologie (SOFETH)

Dans « La Poïétique », article de 1971 qui servit d’introduction à Pour une philosophie de la création, recueil publié en 1989 dans la collection « Esthétique » des éditions Klincksieck, René Passeron définit la poïétique comme « la promotion philosophique des sciences de l’art qui se fait », ajoutant que « pour elle », la peinture se comprend comme « un phénomène d’atelier » – à l’inverse de l’esthétique qui la conçoit comme « un phénomène de galerie, de musée, de lieu public
Dans « La Poïétique », article de 1971 qui servit d’introduction à Pour une philosophie de la création, recueil publié en 1989 dans la collection « Esthétique » des éditions Klincksieck, René Passeron définit la poïétique comme « la promotion philosophique des sciences de l’art qui se fait », ajoutant que « pour elle », la peinture se comprend comme « un phénomène d’atelier » – à l’inverse de l’esthétique qui la conçoit comme « un phénomène de galerie, de musée, de lieu public
Dans « La Poïétique », article de 1971 qui servit d’introduction à Pour une philosophie de la création, recueil publié en 1989 dans la collection « Esthétique » des éditions Klincksieck, René Passeron définit la poïétique comme « la promotion philosophique des sciences de l’art qui se fait », ajoutant que « pour elle », la peinture se comprend comme « un phénomène d’atelier » – à l’inverse de l’esthétique qui la conçoit comme « un phénomène de galerie, de musée, de lieu public
Dans « La Poïétique », article de 1971 qui servit d’introduction à Pour une philosophie de la création, recueil publié en 1989 dans la collection « Esthétique » des éditions Klincksieck, René Passeron définit la poïétique comme « la promotion philosophique des sciences de l’art qui se fait », ajoutant que « pour elle », la peinture se comprend comme « un phénomène d’atelier » – à l’inverse de l’esthétique qui la conçoit comme « un phénomène de galerie, de musée, de lieu public
Dans « La Poïétique », article de 1971 qui servit d’introduction à Pour une philosophie de la création, recueil publié en 1989 dans la collection « Esthétique » des éditions Klincksieck, René Passeron définit la poïétique comme « la promotion philosophique des sciences de l’art qui se fait », ajoutant que « pour elle », la peinture se comprend comme « un phénomène d’atelier » – à l’inverse de l’esthétique qui la conçoit comme « un phénomène de galerie, de musée, de lieu public
Dans « La Poïétique », article de 1971 qui servit d’introduction à Pour une philosophie de la création, recueil publié en 1989 dans la collection « Esthétique » des éditions Klincksieck, René Passeron définit la poïétique comme « la promotion philosophique des sciences de l’art qui se fait », ajoutant que « pour elle », la peinture se comprend comme « un phénomène d’atelier » – à l’inverse de l’esthétique qui la conçoit comme « un phénomène de galerie, de musée, de lieu public

Dans « La Poïétique », article de 1971 qui servit d’introduction à Pour une philosophie de la création, recueil publié en 1989 dans la collection « Esthétique » des éditions Klincksieck, René Passeron définit la poïétique comme « la promotion philosophique des sciences de l’art qui se fait », ajoutant que « pour elle », la peinture se comprend comme « un phénomène d’atelier » – à l’inverse de l’esthétique qui la conçoit comme « un phénomène de galerie, de musée, de lieu public

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article