Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Société Française d'Ethnoscénologie (SOFETH)

Du Monument au Patrimoine culturel immatériel : quelles communautés patrimoniales dans les Hauts de France ?Du Monument au Patrimoine culturel immatériel : quelles communautés patrimoniales dans les Hauts de France ?

Séminaire transdisciplinaire : « Patrimoines : mises en récit, tourisme, appropriations »

Du Monument au Patrimoine culturel immatériel : quelles communautés patrimoniales dans les Hauts de France ?


Co-organisé par
Tiphaine Barthelemy, PR Anthropologie / sociologie CURAPP-EES (Picardie)
Nathalie Gauthard, PR Arts du spectacle / Ethnoscénologie, Textes et cultures - Praxis et esthétique des arts (Artois)
Sophie-Anne Leterrier, PR Histoire contemporaine, CRHES (Artois)
Marie Clémence Régnier, MCF Littérature, Textes et Cultures - TransLittéraire (Artois)


 

À partir d’exemples pris dans les Hauts de France… mais aussi ailleurs, cette seconde journée d’étude s’interrogera sur la notion de communauté patrimoniale, sur la diversité de ses manifestations et par là sur les
processus de « bottom/ up » qui seraient aujourd’hui à l’œuvre dans la fabrique des patrimoines, tant matériels qu’immatériels.



Programme - 

Jeudi 22 Avril 2021 / 9h30-16h00 via ZOOM

 

(Coord. Tiphaine Barthelemy)




Matin

9h30 - 10h00 Introduction
Mot de bienvenue de Xavier Boniface, directeur de l’EDSHS
Brève présentation par les organisatrices du séminaire

10h00 - 12h30

§
 Sophie-Anne Leterrier (présidente), Nathalie Gauthard (discutante)

§ Thomas Mouzard : Recherche en sciences sociales & sauvegarde du patrimoine culturel immatériel - chercheurs & communautés patrimoniales

§ Julie Léonard : La communauté « fest-noz » : une communauté patrimoniale éphémère ?

Discussion : 20 mn
Pause : 10 mn


§ Jean-François Grevet : De la fabrique et des usages de l'histoire et du patrimoine brassicole des Hauts de France

§ Claire Sainte-Beuve : La notion de « communauté patrimoniale » en droit international et européen : les ambiguïtés d’une innovation jugée nécessaire

Discussion : 20 mn

12h30 - 13h30 Pause

Après-midi

13h30 – 16h00

§
 Marie-Clémence Régnier (présidente), Aline Hémond (discutante)

§ Bastien Durand-Toulouse : La patrimonialisation de la bière dans les Hauts de France : entre héritage et transformation

§ Véronique Hochedé : Les fêtes médiévales dans les Hauts-de-France : mises en scène du passé par les associations locales

§ Tiphaine Barthelemy : Où est passé le PCI dans l’Aisne ?

Discussion générale : 30 mn


§ Sylvie Sagnes : Présentation du nouveau GIS Patrimoine en partage

Conclusion: Tiphaine Barthelemy, Nathalie Gauthard, Sophie-Anne Leterrier, Marie Clémence Régnier

Intervenant.e.s :

Tiphaine Barthelemy, Professeure en anthropologie et sociologie à l’UPJV, membre du Centre universitaire de recherche sur l’action publique et le politique, épistémologie et sciences sociales (CURAPP-ESS, UMR 7319),
s’intéresse à la diversité des processus de patrimonialisation dans les sociétés contemporaines, à partir des activités des sociétés savantes et des associations patrimoniales en Picardie. Elle a publié en 2014 « La patrimonialisation ou la vie. Une enquête auprès des dockers en 1989 », in Barthelemy, T., Combessie, P. Fournier, LS. et A.Monjaret , Ethnographies plurielles, déclinaison selon les disciplines ,Paris, CTHS.

Bastien Durand-Toulouse est doctorant en Anthropologie sociale et ethnologie au CURAPP-ESS à l’UPJV. Après un premier master en études américanistes, il a ensuite obtenu un second master d’Anthropologie, spécialisé en patrimoine culturel immatériel (PCI), au cours duquel il a travaillé sur la patrimonialisation de plats régionaux dans le Lot (46). Dans sa thèse intitulée « Le goût de la bière : renouveau brassicole et transformation des manières de boire dans les Hauts-de-France », financée par la région Hauts-de-France, il s’intéresse aux questions de patrimonialisation, de transmission, d’alimentation, et d’évolution des pratiques contemporaines.

Nathalie Gauthard est Professeure en Arts du spectacle / Ethnoscénologie à l’université d’Artois (Arras). Spécialiste du carnaval et des fêtes traditionnelles, elle a publié « Fêtes, mascarades, carnavals. Circulations,
transformations et contemporanéité (dir.) aux Éditions L’Entretemps en 2014 et son prochain livre Enquêter en carnaval. Méthodologies créatives autour d’un plaisir partagé (co-dir.), paraîtra prochainement. Fondatrice et membre de la Société Française d’Ethnoscénologie – SOFETH, agréé ONG pour le PCI par l’UNESCO, elle est également directrice de publication de la revue L’Ethnographie : création, pratiques, publics. 
https://revues.mshparisnord.fr/ethnographie/

Jean François Grevet est Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Institut Supérieur du Professorat et de l’Education-Université de Lille. Membre du Centre de Recherche et d’Etudes-Histoire et Sociétés de l’Université d’Artois (UR 4027) et membre associé de l’IRHiS- université de Lille, ses recherches portent principalement sur l’histoire et le patrimoine des entreprises, des mondes automobiles et portuaires, des
transports et de la logistique et des mondes brassicoles (XIXe-XXIe siècles). Jean-François Grevet, « Crédit inter-entreprises et financement de l’innovation automobile: Berliet (1897-1914) ou la fin du mythe de l’autodidacte autofinancé », in Michel Lescure, Le crédit inter- entreprises en Europe. Une perspective historique, Paris, IGPDE/CHEFF, 2019, p. 133-148.

Aline Hémond est Professeure d’anthropologie à l’Université de Picardie-Jules Verne. Anthropologue américaniste (Amériques du Centre et du Nord ; sociétés nahuas et interethniques du Mexique), elle s’intéresse notamment au patrimoine alimentaire en relation avec les dynamiques de l’autochtonie, ainsi qu’au patrimoine alimentaire migrant (avec l’exemple mexicain aux États-Unis). Elle a également effectué des enquêtes sur la circulation transatlantique des produits et techniques culinaires Américains (avec l’exemple du chocolat dans le nord de la France et en Belgique). Elle fait partie du réseau ResPatrimoni : 
https://respatrimoni.wordpress.com/aline-hemond/. Elle a publié en 2019 : « Bruges, la chocolate story et le ChocoBar : remettre au goût du jour les saveurs aztèques et mayas du chocolat », In : Les goûts du chocolat dans le monde, Vincent Marcilhac & Valentine Tibère (dir.), Éditions L’Harmattan. Collection : « Questions alimentaires et gastronomiques », Paris, p. 123-151. [présentation ouvrage : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64666]

Véronique Hochedé est doctorante en anthropologie à l'université de Picardie Jules Verne (CURAPP-ESS, UMR 7319). Elle mène actuellement une enquête dans les Hauts-de-France dans le cadre d’une thèse portant sur l'espace de la reconstitution et de la fête médiévale. Ses recherches interrogent les pratiques et les enjeux de ces mises en scène du médiéval.

Sophie-Anne Leterrier est Professeure à l’université d’Artois depuis 2003. Son travail de recherche porte principalement sur les pratiques musicales populaires au XIXe siècle. Le projet Musicarchives (projet de valorisation des fonds musicaux concernant les chansons en patois du Nord-Pas de Calais de la médiathèque Levy de Lille) y a notamment été consacré en 2015. Vous trouverez le détail de ses travaux sur son site : 
http://www.sophieanneleterrier.fr/musique.html

Julie Léonard est l’auteure d’une thèse sur la patrimonialisation du fest-nozen Bretagne comme exemple d’action régionale s’appuyant sur la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (UPJV, 2019). Depuis 2013, elle est responsable du pôle des inventaires du PCI au sein de l’association Bretagne Culture Diversité. Elle intervient également, depuis 2017, au sein de différents masters professionnels en Bretagne sur la thématique du PCI. Ses recherches actuelles portent notamment sur les pardons et pèlerinages en Bretagne. Elle a publié « Les clés de la chapelle : ethnographie du regard patrimonial », Tétralogiques, n°24, 2019, p. 125-142 [en ligne].

Thomas Mouzard est anthropologue, chargé de mission pour le pilotage de la recherche en ethnologie & pour le PCI, à la délégation Inspection, recherche et innovation, ministère de la Culture (direction générale des patrimoines). Il a travaillé de 2012 à début 2018 en Guyane, pour la commune de Awala- Yalimapo, puis dans le Sud en tant que conseiller à l’ethnologie à la DAC. Il s’agissait alors de soutenir et penser la politique culturelle en situation postcoloniale, à l’articulation entre autochtonie, créolisation, migration et marronnage. De 2000 à 2011, il a conduit une recherche universitaire sur la
créativité rituelle comme matrice d’intersubjectivité à Madagascar. Il co- dirige la collection Ethnologie de la France et des mondes contemporains (MSH/ MC). Il publie en 2020 (avec G. Wiels) Marronnage, l'art de briser ses
chaînes, éd. Loco-Maison de l'Amérique latine.

Marie-Clémence Régnier est maître de conférences à l’université d’Artois. Ses recherches portent sur la construction de la figure de l’écrivain et de l’histoire littéraire dans les maisons-musées, les musées et les expositions
littéraires, et plus largement sur les interactions entre littérature, patrimoine et culture médiatique moderne depuis le XVIII e siècle.

Claire Sainte-Beuve est doctorante en Droit public (CURAPP-ESS UMR 7319) à l’UPJV ; sa thèse porte sur la notion de patrimoine en droit international public (dir. Mouloud Boumghar). Dans le prolongement d’un stage au Comité du patrimoine mondial de l’U.N.E.S.CO., elle a particulièrement étudié la notion de patrimoine culturel et la façon dont elle a été traitée et développée en droit international et européen. Elle a publié « Diversité et patrimoine culturels : Réflexions autour de la mise en oeuvre de la Convention du patrimoine mondial », in E. Lagrange, S. Oeter, R. Uerpmann-Wittzack (eds), Cultural Heritage and International Law. Objects, Means and Ends of International Protection, Springer, 2018.

Sylvie Sagnes est chargée de recherche au CNRS et membre de l’UMR Héritages. Après l’exploration de l’imaginaire des « racines », conduite dans le cadre de sa thèse, elle s’est intéressée aux passions du passé qui animent nos contemporains en s’interrogeant sur les acteurs impliqués, les réceptacles de la valeur culturelle (histoire, monument, archive, vestige archéologique, folklore, littérature, etc.), la médiation et les enjeux identitaires inhérents à la jouissance des biens distingués. Présidente de l’Ethopôle GARAE à Carcassonne, elle co-dirige la collection Ethnologie de la France et des mondes contemporains (MSH/MC), coordonne l’un des axes du chantier scientifique Notre-Dame de Paris (CNRS/MC) et est à l’origine du GIS Patrimoine en partage.

Renseignements et inscriptions : 
tiphaine.barthelemy@u-picardie.fr

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article