Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par SOFETH

Université de Nice Sophia Antipolis,
UFR LASH (Site Carlone)

Vendredi 9 avril

14h-18h, Salle du Conseil LASH

Séminaire thématique du RITM

« Esthétique, politique et glocalisation », acte 3 : « De la Touraine au pays  dogon. Pratiques touristiques et recompositions identitaires »

Avec Anne Doquet et Saskia Cousin

Anne Doquet est anthropologue, chercheuse à l’IRD, membre du Centre d’Etudes Africaines (UMR 194, EHESS, Paris). Son travail sur les incidences du discours anthropologique sur les Dogon a été publié en 1999 chez Karthala (Les masques dogon. Ethnologie savante et ethnologie autochtone). Auteure de plusieurs
articles portant sur le tourisme, elle a également coordonné deux numéros de revues sur le sujet. Depuis 2001, ses recherches se sont concentrées sur les
mises en scène de l’authenticité au Mali et sur les recompositions identitaires liées au développement du tourisme. Elle s’intéresse également à la place des
représentations de l’Occident dans les constructions identitaires du Mali contemporain, particulièrement dans les rapports de genre.

Saskia Cousin est anthropologue, chercheuse à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (équipe LAIOS, CNRS/EHESS), et maîtresse de
conférence en sociologie à l’IUT de Tours. Elle travaille sur les enjeux politiques et identitaires du tourisme, avec des enquêtes menées principalement
en France, à l’échelle locale (Touraine), ou au sein d’administrations régionales ou nationales. Elle a également étudié la manière dont l’Unesco a
construit le tourisme culturel  comme «  bon tourisme » et enquête actuellement sur le processus de patrimonialisation de Porto-Novo (Bénin). Depuis 2005, elle
coanime un séminaire et un réseau de diffusion consacrés à l’étude critique du tourisme. Elle a publié plusieurs articles sur le tourisme, et, avec le
sociologue B. Réau, un Sociologie du tourisme, paru aux Editions La Découverte
en 2009.


À l’opposé du mouvement annoncé d’homogénéisation et d’impérialisme culturels, les processus actuels de mondialisation révèle une hétérogénéité des contextes
d’insertion et donne lieu à des durcissements identitaires qui nécessitent d’être appréhendés par le local. Avec cette approche de « glocalisation »
méthodologique, des références exogènes se transforment en levier dans des réaffirmations identitaires qui prennent diverses formes, utilisent différents supports.

Parmi ces supports, les arts vivants s’avèrent occuper une place grandissante dans des mouvements de revendications définis comme « ethniques », « autochtones », «régionalistes », « nationalistes »… Les productions réalisées donnent lieu à des mises en scène qui deviennent des vitrines politiques pour les États Nations mais aussi pour les communautés face à eux. Or, le pouvoir de ces performances ne tient pas uniquement à leur contenu spécifique mais aussi à la co-présence des acteurs et aux espaces de connexion et de déconnexion qu’elles impliquent. Ces lieux de création deviennent un ressort politique qu’il s’agit d’explorer à travers différents espaces, au gré de leurs modalités interactives, entre esthétique et politique.

Ce cycle de conférences a lieu au sein du RITM - Centre de Recherche sur l’Interprétation et l’Analyse des Textes en Musique et en Arts du Spectacle EA
3158 – laboratoire de recherche articulé sur l’interdisciplinarité en Arts Vivants de l’Université de Nice Sophia Antipolis dirigé par Marina Nordera. Il
est organisé par Nathalie Gauthard et Mahalia Lassibille, respectivement ethnoscénologue et anthropologue de la danse. Il se trouve donc à la croisée
entre arts vivants et ethnologie. La recherche en arts vivants a en effet aujourd’hui un rôle incontournable à jouer, comme ce cycle de conférences le
souligne, dans la mise en forme rigoureuse d’un discours d’analyse centré sur les modes de réélaboration et d’usage des arts vivants à des fins identitaires.

Pour tout renseignement :


gauthard@unice.fr
mahalia.lassibille@voila.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article